· 

L'élevage canin et l'évolution du chien toute une histoire

L’élevage canin existe depuis bien longtemps. En fait, son activité remonte à la période néolithique c’est à dire à l’âge de la pierre polie. Tous les chiens élevés deviennent des outils précieux dans la vie de l’homme qui les emploie.

On connaît le chien et l'élevage canin d'aujourd'hui. Mais comment étaient-ils et comment ont-ils évolués au fil des époques ?.

Jean-Hugues DECAUX en parle dans un article paru dans toutchien. J'ai trouvé son article particulièrement intéressant et j'ai donc décidé de le partager avec vous. J'ai décidé d'en faire un condensé et de vous en parler.

5 chiots golden retriever avec des colliers de couleur en présentation à la vente par coach canin 16 educateur canin à domicile en charente

Les débuts de l'élevage canin et les transformations du chien

Le néolithique est une période marquée par de profonds changements où apparaissent l’agriculture, l’élevage, la sédentarisation des hommes. Il était donc important à cette époque de transformer le chien de chasse en un chien pour la garde, pour le rassemblement des troupeaux.

Les éleveurs canins sont à cette époque des chasseurs, des fermiers, des bergers. Ils apprennent à nourrir, à administrer les soins et à fournir un gîte pour permettre aux chiennes de mettre bas. 

Le comportement, la morphologie, l’anatomie du chien se modifient. La sédentarisation de l’homme, le climat des régions sont à l’origine de cette transformation. Les sélections faites par les éleveurs canins demandent de mettre en place des types de chiens pour les différentes utilisations du chien. A cette époque on ne parle pas de race canine mais de types de chiens utilitaires. Pourquoi utilitaires ? Et bien parce qu’à cette époque, le chien était surtout utilisé à des fins utiles comme la chasse, la garde des troupeaux.

Mais certains chiens continuaient à suivre les nomades. Un chien du Moyen-Orient est emmené en occident où il a passé le Rhin. Il s’est ainsi implanté comme chien de grosse taille dans toute l’Europe.

Le chien de chasse est affiné pour donner naissance à la lignée des braques et autres chiens de chasse aux petits gibiers. Les chiens sont sélectionnés pour en faire des coureurs à la chasse. Naît l’ancêtre des lévriers.

Le chien est également sélectionné pour en faire des petits chiens pour l’agrément.

Le chien dans l'antiquité et les éleveurs

Les éleveurs de chiens de chasse de l’antiquité  avaient surtout des chiens de pistage et des chiens courants. On trouvaient ensuite des éleveurs de bouviers de chiens de troupeaux et des chiens de bergers polyvalents.

Les chiens étaient aussi élevés pour les armées. Les Grecs témoignent un effectif de 2400 chiens molosses en 260 avant J-C. Chez les Romains, les chiens sont élevés pour les combats dans les arènes. Ils participent aux batailles. A cette époque on note une dizaine de types de chiens chez les Romains comme chez les Grecs.

Les éleveurs canins militaires gèrent aussi la capture, l’exportation et la sélection des chiens. Parmi ceux choisis, on trouve des Mastiffs, des Dogues et des Matins sélectionnés. L’éleveur fait aussi office d’éducateur canin.

Dans l’antiquité romaine, les citoyens de classes supérieures,  anciennes et traditionnelles élevaient des petits chiens. C’étaient surtout des petits lévriers d’Italie et des bichons. 

une statue représentant une femme et un chien dans l'antiquité. La femme drapée tient la tête du chien avec sa main gauche par coach canin 16 educateur canin à angouleme
Statue Antiquité

Les Chinois avaient déjà des élevages de Pékinois pour la cité impériale. Un premier registre pour la sélection de ces petits chiens étaient déjà créé. On donnait un statut royal à cette petite race gardée et entretenue par des Eunuques. C’est dire l’importance qu’on leur donnait.

Dans l’Égypte antique, les représentations sur les stèles datant du deuxième millénaire avant J-C témoignent de la sélectivité des différentes races canines élevées. 

L'éleveur canin au moyen âge

Au moyen-âge l’élevage canin s’accentue surtout pour les chiens de chasse. Les éleveurs de chiens de chasse à courre ont un saint patron : Saint Hubert. Cette époque place les éleveurs en adoration. Ils savent reconnaître les meilleurs chiots des portées. Le test de la chandelle est pratiqué. L'éleveur plaçait une chandelle prés du gîte ce qui faisait déplacer les chiots par la mère. Les premiers chiots déplacés étaient les plus forts. 

L’éleveur doit être gracieux, fort, courtois et doux aimant les chiens. Le maître du chenil doit être responsable pour gouverner un chenil. Le métier d’éleveur se dessine comme un futur métier à part entière. Toutefois, d’une manière générale, l’éleveur reste toujours sous les ordres d’un seigneur. Il n’est donc pas indépendant. Cependant, certains seigneurs deviennent d’excellents éleveurs et créateurs de race canine. 

Un impôt « pain de chien » est payé pour l’entretien des chenils. Toute la hiérarchie seigneuriale y trouve donc son compte. On contrôle les élevages clandestins des paysans en coupant les tendons des jarrets des chiens de braconniers. On contrôle aussi la taille et la morphologie à l’aide d’un gabarit. On faisait passer les chiens dans un cadre en bois. Les chiens qui n’avaient pas la taille admise étaient automatiquement éliminés. Pour éviter que le chien ne courre au galop pour attraper le gibier, on procédait à l’ablation de trois orteils.

Les vikings faisaient venir de chez eux des chiens de type nordiques. Les soldats cynophiles reviennent de leur croisade en ayant fait accoupler leurs chiens avec des lévriers du Moyen-Orient. 

Les manipulations génétiques allaient bon train pour créer de nouveaux chiens plus performants et résistants. Les chiens de chasse surtout à courre tiennent une place toujours plus importante. Ils font l’objet d’échange dans les pays étrangers, particulièrement avec l’Angleterre. L’éleveur canin fait voyager les chiens qu’il a produit afin d’augmenter les ventes et en tirer une certaine fierté.

Les petits chiens sont offerts en guise de un cadeau princier à la mode pour toute la bourgeoisie. 

Chiens considérés ou maltraités dans l’histoire

Si pour certains les chiens étaient adorés, pour d’autres ils étaient maltraités. Ils souffraient atrocement et subissaient les violences de l’homme. Pour exemple :

  • Louis XI faisaient reproduire des chiens pour l’expérimentation des poisons.
  • Les guerres n’ont pas épargné les chiens de combats qui ont été grandement sacrifiés.
  • Les éleveurs produisent les chiens sur ordre et non pour la survie d’une race car toute l’espèce canine est anéantie par les guerres, la famine et les maladies.

Les rois de France détenaient les éleveurs les plus réputés. Le chien était affiné sur le plan du comportement et du caractère. De nouvelles races voient le jour. Le premier traité vétérinaire de Mr Glanville est traduit en 17 langues en 1500.

une statue represente un guerrier tenant en laisse 2 chiens par coach canin 16 educateur canin à cognac
Monument représentant un guerrier et ses chiens

Au cours du XVIème siècle, quelques milliers de chiens de combat et pas moins de 20 000 meutes de chiens de chasse sont présentes en France. Louis XIV emploie environ 500 personnes cynophiles.

Le métier d’éleveur se sépare du métier d’éducateur vers la fin du XVIIème siècle. Au 17éme et 18éme siècle, l’alimentation canine fait partie de la formation d’éleveur.

L'élevage canin de nos jours

Les races actuelles ont été définies au milieu du 19éme siècle. Les premières expositions canines ont lieu à Londres en 161 et à Paris en 1863.

La Société Centrale Canine est créée en 1881 avec l’ouverture du Livre des Origines Françaises (LOF). 

L’élevage canin est reconnu officiellement comme un métier indépendant. L’élevage canin produit aujourd’hui environ 350 races reconnues.


Source : Jean-Hugues DECAUX - Bibliographies :

Encyclopédies : mondiale des chiens de Marie Daniels Moulin en 2008 et sur le chien en 2 tomes de Michel Villemon en 1970

Ouvrages sur : l'histoire du chien de Bulard Cordeau en 2005 - l'éducation et l'élevage du chien par Emilie de Tarade en 1871

Manuscrits sur les chiens dans l'art cynégétique de Gaston Fébus en 1387

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Coach canin 16

5 Rue des Mérovingiens 

Herpes

16200 Courbillac

06.98.95.15.80

coachcanin16@bbox.fr

Les avis de  mes clients

Vos témoignages sont importants. N'hésitez pas à laisser un avis.

Secteur Intervention Coach canin 16 en Charente

Secteur d'intervention de Coach Canin 16 educateur canin Charente et Charente maritime
  • Cognac et ses périphéries
  • Angouleme et ses périphéries
  • Saint-Jean-d'Angély et ses périphéries,
  • Barbezieux

N'hésitez pas à cliquer pour voir les dernières publications.


Rechercher sur le site